Le blog de Bernard Bonnejean

Le blog de Bernard Bonnejean

Écrivain, ancien professeur de français et de littérature pendant plus de trente ans, je vous invite à une exploration culturelle dans le monde, très vaste, de la poésie et des idées. J'aime à reprendre le leitmotiv des humanistes de la Renaissance, repris de Térence : « Rien de ce qui est humain ne m'est étranger ». Bienvenue à toutes et à tous ! Pour en savoir plus sur moi WIKIPEDIA

Partager

Soirée diapos

Bernard Bonnejean — poésie

 

Guyane 1960-1970


Je sais combien il est pénible de devoir supporter une soirée diapos ! Surtout quand des aléas de fortune vous ont privé de vacances et qu'il vous a fallu, sans broncher, habiter une ville morte en attendant le retour de vos voisins ! Et les voilà revenus, les voisins, avec des souvenirs plein la tête et la peau plus ou moins colorée selon le taux d'ensoleillement de la "station" (ce mot m'est totalement étranger en cette acception ; il n'évoque que le chemin de croix, le métro parisien ou le commerce de combustible automobile).

Et, en plus, ils vous invitent à venir partager, virtuellement, des paysages qu'ils veulent à tout prix vous rendre oniriques avec extase obligatoire devant le p'tit qui sait faire du ski. Pas obligé du tout de vous exclamer d'admiration devant la montagne. Elle n'est là finalement que comme figurante, au mieux soubrette, dans un remake à cent balles de Premier de cordée, faire-valoir du premier grand rôle : le p'tit qu'a fait dix mètres sans se casser la gueule et qu'a même pas pleuré.

Mon titre est donc mal choisi ? En auriez-vous préféré un plus exotique, type missionnaire-venu-se-ressourcer-dans-sa-famille ["Vous trouvez pas, Madame Michu, qu'il a l'air maigri ? Ces pays-là, vous savez, c'est pas bon pour la santé, mais ces gens-là ils ont tellement besoin de nous !"] ; ou type Paul-Emile-Victor-revu-et-corrigé-Connaissances-du-Monde ["Il expliquait bien le conférencier ; on voit tout de suite qu'ils envoient pas n'importe qui"] ou Feu-Commandant-Cousteau-qui-sait-causer-l'anglais ["C'était bien, mais pourquoi qu'ils ont pas sous-titré ?"].

Mon titre est médiocre, soit. Mais je n'en ai pas trouvé d'autre. Si vous avez une idée et que le coeur vous en dit. Allez-y ! Proposez ! Je dispose !

Arrêtez de geindre, asseyez-vous et taisez-vous ! J'éteins la lumière !





Une méthode qui en vaut bien une autre sur le plan de l'efficacité. Mais il faut être autrement plus musclé que l'Européen moyen pour tendre l'arc.











Un colloque typiquement wayana, c'est-à-dire où il est très mal vu de parler, sauf cas de nécessité majeure.








Haut Inini : un exercice assez périlleux, le passage en canot dans un des multiples rapides. Une seule chose à faire : garder confiance.






Jeune Indienne Wayana avec cette expression déplaisante qui dit à peu près : je suis trop bien pour toi, roturier. 







Jeune indien Wayana fléchant le poisson. Est-ce de la pèche ou de la chasse ?









L'avez-vous aimée la Guyane de mes vingt ans ? Il n'y avait pas de créoles dans cette Guyane-là ? Bien sûr que si ! Mais par les temps qui courent, est-ce bien raisonnable de vous ennuyer avec des concitoyens du bout du monde que vous voyez tous les soirs à la télé ? Vous y tenez ? Soit ! Mais alors, les gars, on reste calmes et au moindre commentaire déplacé j'enlève la photo. Je signe maintenant, parce que je sais qu'après, il n'y en aura plus que pour elle.

Bernard Bonnejean




Sans oublier que celui-ci aussi est né en Guyane



Ce que ça va être dur d'aller au boulot demain, hein ? Allez, vous plaignez pas trop : au moins en ce moment, on n'est pas embêtés par les moustiques.


Partager cet article

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog